Back to school, Lifestyle

Storytime: Mon décrochage scolaire

Hello les filles !!!!

 

J’espère que vous allez bien. Aujourd’hui on se retrouve pour un nouvel article sur notre série Back to School et je vais vous parler de mon décrochage scolaire.

 

Malgré ma réussite dans les différents examens que j’ai passés je me demande comment j’ai pu avoir mon bac. Je suis honnête, je ne pensais pas réussir mon bac et surtout avoir une mention.

 

 

J’ai manqué beaucoup de cours surtout pendant mon bac, pas énormément pendant mes années de coiffure. Si vous voulez en savoir plus sur mon parcours scolaire je vous laisse découvrir cela dans cet article ici.

 

 

Je vais vous raconter comment j’ai décroché depuis le début, je pense que j’ai des torts mais il y a en également du côté de l’éducation.

 

 

Cela a commencé pendant ma première, je venais de passer une année avec des gens beaucoup plus jeunes que moi, qui ne pensait seulement qu’à s’amuser et ne pas suivre les cours, pendant que moi je m’ennuie, j’écrivais des articles sans avoir de blog, j’écrivais des idées de récit, qui n’avait rien à voir avec mes sujets de français.

 

 

apprendre colore contraignant document
Photo de Pixabay sur Pexels.com

 

Je n’avais aucun cours dans lequel je m’épanouissais à part le français, sauf qu’à partir de mai cela était devenu chiant. On ne parlait que du bac, des révisions, des commentaires et des figures de styles. Sauf que pour moi le français ne devrait pas ressembler à cela. Avez-vous déjà eu besoin d’une comparaison ou d’une hyperbole pour faire un CV ou une lettre de motivation? Je ne pense pas.

 

 

Puis les autres cours étaient de pire en pire, personne ne travaillait, le professeur faisait cours pour 5 élèves et moi je gribouillais, j’écoutais mais je ne participais pas. On me prenait déjà pour la fayoter des profs car j’étais à l’aise à l’idée d’aller les voir et leur parler (j’étais habituée à parler à des personnes plus âgés que moi, j’avais fait des stages en salon de coiffure)

 

 

J’avais des cours passionnant mais dès que je manquais une journée de cours car j’étais malade j’avais l’impression d’avoir loupé 6 mois. Je passais mon temps à étudier pour rattraper mon retard. J’étais complètement larguée en espagnol, je comprenais mais je ne pouvais pas répondre. J’avais eu espagnol en 4ème et 3ème mais pas en coiffure, j’ai donc passé 3 ans sans dire un seul mot.

 

 

J’en ai bien-sûr parlé avec ma professeur, elle m’a simplement répondu, vas voir au CDI pour emprunter un Bescherelle pour apprendre les verbes. Je pouvais apprendre du par cœur mais je ne savais pas construire une phrase. Pour tout vous avouer c’est #L qui me faisait mes devoirs d’espagnol, elle veut devenir professeur et elle comprenait mes exercices. Elle était en 3ème pourtant, mais au moins je m’en sortais.

 

apprendre bibliotheque connaissances document
Photo de Pixabay sur Pexels.com

 

J’ai adoré les maths pendant ma STMG pourtant je déteste cela en temps normal, mais dès que je loupais 1 heure de cours je ne savais plus ce qu’on devait faire. J’en ai parlé à mon professeur, en disant que je venais de coiffure et que du coup j’avais un peu de mal à comprendre les termes qu’il disait, la tangente ou autre formule c’était du chinois. Par contre, pour lui, il ne se doutait pas car j’avais parfois des meilleurs notes que mes camarades, mais il prenait le temps de m’expliquer les termes qu’on était censé voir en seconde.

 

 

Mais je n’arrivais plus à mettre en application les formules arrivé en terminale et j’ai complètement sombré en math, pourtant les choses compliqués j’y arrivé.

 

 

Puis j’avais des professeurs qui parlé trop, on se demandait dans quel cours on était. Ou au contraire j’avais des professeurs qui nous prenait pour des élèves de primaire et nous faisais venir au tableau pour écrire les réponses pour la correction. Je pensais que j’étais au lycée et au lieu d’avancer j’avais l’impression de régresser.

 

A mon collège j’avais des professeurs qui récité la leçon, plus de projections, et même comme cela j’écrivais vite. En plus, j’avais technologie en coiffure et ma professeur dictait super vite il fallait suivre. Alors quand la leçon était sur le tableau, je l’avais écrit en 10 minutes pendant qu’il en fallait 30 minutes pour les autres.

 

 

Et c’était le lycée, que des cours, que des leçons, des exercices, de la théorie, jamais de pratique ou de mise en situation. J’avais besoin d’avoir un pied dans le milieu professionnel. J’ai arrêté d’aller en cours en mai, j’ai quand même passé mes épreuves de science de gestion et de français. J’ai eu 20 à mon épreuve oral de gestion, 14 à l’oral de français et 17 à l’écrit de français.

 

Ma mère pensait que c’était inutile que je m’inscrive pour la terminale, mais je n’avais pas de travail et j’avais passé mon bac de français, j’avais beaucoup de points d’avance (même plus que d’autres de ma classe)

 

Sac besace

 

Je me suis donc inscrite pour la terminale, j’étais reparti sur de bonnes bases et motivé. Mais les bonnes résolutions ne dure jamais et je m’ennuyais encore, j’ai commencé à écrire des articles entier (que je n’ai jamais publié car je ne les trouvais pas assez bien, je ne savais pas quel direction prendre), je m’imaginais partout sauf en cours.

 

 

Je gribouillais toujours, j’écrivais et pourtant j’avais de super notes. Malgré que je passais mon temps à gribouiller, j’écoutais. J’avais complètement abandonné l’espagnol par contre, je n’arrivais pas à suivre, je ne perdais pas mon temps à l’oral, je m’en sortais à l’écrit avec des notes dans la moyenne et j’écrivais toute mes leçons.

 

 

Pour l’épreuve oral en espagnol, c’est #L qui m’a beaucoup aidé pour faire mes fiches et pour m’interroger à l’oral, je pense qu’elle connaissait mes cours par cœur à force.

 

 

J’avais pris option mercatique, et cela était une horreur, je ne comprenais rien, ma professeur ne jurait que par le manuel avec les exercices puis nous donnait une leçon trouvé sur internet, j’avais un autre professeur et même lui trouvait les leçons compliquées, je ne révisais que mes fiches d’un livre que j’avais acheté.

 

 

Pourtant avec cette professeure, j’avais de mauvaise note et avec l’autre professeur j’avais de super bonne note. Heureusement cela me permettait d’avoir une moyenne moins catastrophique. Maintenant que j’écris cet article, je pense que j’ai une préférence pour les hommes en tant que professeur, j’ai l’impression de mieux comprendre (et pendant que j’écris cela je me rends compte que la plupart des professeurs qui m’ont aidé était des hommes). J’ai quand même quelques femmes en tant que professeur qui m’ont marqué (surtout 2 professeures de français)

 

 

Malgré quelques absence, je tenais bon et essayé de manquer le moins possible. Je me rappel que j’avais passé mon bac blanc, j’avais un jour d’épreuve un jour cours et ainsi de suite sur une semaine. J’ai détestais cela, on ne faisait pas cours du coup, mais on ne faisait pas de révision n’ont plus, on devait juste être présent et attendre.

 

 

Au deuxième bac blanc, cela se passait du mardi au jeudi, je n’ai pas était le vendredi, je n’en pouvais plus des épreuves, j’avais la tête en vrac et je savais que je m’étais planté. Pourtant pour la première, j’avais toujours eu les meilleures notes aux épreuves blanches sans forcément le vouloir.

 

 

J’ai commencé à décrocher en mai (à croire que c’est cette période qui me donne envie de tout envoyer boulet). C’était la semaine qu’on avait un jour cours, un jour férié, un jour cours et ainsi de suite. J’avais prévu de ne pas aller cette semaine au lycée. Sauf qu’on a était convoqué pour les oraux d’anglais et d’espagnol, j’ai donc était seulement pour mes oraux et j’ai commencé à ne plus aller aux autres cours.

 

 

J’allais quand il fallait récupérer mes convocations, pour mon dossier de mercatique, mais une fois que mon dossier était fini qu’on me disait de toujours modifier quelques choses (je ne voulais pas de nouveau imprimer 100 pages). J’ai arrêté d’y aller. J’ai bien fait, car on m’a dit que faire un powerpoint n’était pas important sauf que devant le jury, on m’a dit le contraire, heureusement que j’en avais fais un mais pas sur tout le dossier.

 

Heureusement en échangeant avec le jury, elle a parfaitement comprit que mon lycée était à la traine (dans le sien, il n’y avait plus de dossier papier).

 

femme main ecrite mathematiques
Photo de Andrea Piacquadio sur Pexels.com

 

Je n’avais plus était en cours depuis le mois de mai, pourtant je suis allée passée mes épreuves de baccalauréat. Pour la philo, je n’avais pas révisé. Pour les autres épreuves, je révisais le peu de leçon que j’avais, je regardais sur Internet pour les cours qu’il me manquait. Je ne voulais même pas aller à ma deuxième épreuve, #L s’est fait opérer des dents de sagesses et cela c’est très mal passé, je n’avais pas la tête à réviser. J’ai quand même était avec pas beaucoup d’heure de sommeil. J’avais hâte d’avoir fini les épreuves. Le mercredi c’était que l’après-midi, j’avais donc la possibilité de dormir un peu. J’allais toujours aux épreuves en mode, de toute façon je n’aurai pas mon bac même au rattrapage.

 

 

Le jeudi #L a commencé a allait mieux (disons qu’elle arrivait à dormir et ne délirait plus). En début de semaine, en sortant d’épreuve j’allais chercher des bricoles pour ma mère ou pour ma sœur, vu qu’elle ne pouvait rien manger. Je suis même était au urgence à peine rentré d’une épreuve. Mais la poisse a continuer, le jeudi quand #L allait mieux, ma voiture a eu un voyant STOP en rouge qui s’est allumé. Je suis arrivée chez moi et elle avait du mal à démarrer.

 

 

Le lendemain je me suis levé plus tôt pour essayer la voiture, elle a galéré a démarrer mais j’ai réussi mais le vendredi soir en sortant de mon épreuve, j’ai cru ne jamais pouvoir démarrer, je pensais devoir appeler mon père pour faire les pinces. J’ai quand même réussi mais j’ai préféré prendre la ville que l’autoroute. C’était la dernière fois que je roulais avec ma clio avant 3 mois.

 

 

J’ai étais surprise lors de mes résultats quand j’ai vu affiché mention assez bien. J’ai étais cherché mes résultats et j’étais à quelques points de la mention bien.

 

 

J’avoue que j’ai des torts pour avoir décroché mais je pense aussi que les cours sont à revoir (qui a besoin de philo dans sa vie). Mais aussi les professeurs, quand on leur demande de l’aide, on préfère les laisser se débrouiller. Et la vie professionnel me manquait, je ne voulais plus de théorie, de leçons qui ne sont plus d’actualité, être mal conseillés pour son avenir. Les élèves peuvent être en tort tout comme les professeurs ou simplement le système scolaire.

 

Et vous avez-vous eu un décrochage scolaire? N’hésitez pas à me le dire dans les commentaires.

 

On se retrouve très bientôt pour un prochain article. Abonnez-vous pour être notifié lorsqu’un article est mis en ligne. N’hésitez pas à venir nous rejoindre sur Instagram.

 

Prenez bien soin de vous,
Bisou #C.

8 réflexions au sujet de “Storytime: Mon décrochage scolaire”

  1. Coucou !!
    Ton parcours est vraiment semé d’embûches. Mais à force de persévérance tu as atteins ton objectif. L’éducation nationale c’est un vaste sujet !!! Je pense vraiment que notre système est vraiment très archaïque. Chaque élève est compétent quelque part, mais si ses compétences ne sont pas dans les matières principales alors elles ne sont pas valorisées. Je pense que nous avons beaucoup à apprendre en matière d’éducation des pays nordiques.
    Merci pour ton partage, bonne journée 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Je pense qu’il y a certes des choses à revoir dans l’éducation mais même si nous ne nous servons pas de tout ce que nous apprenons, cela fait partie de la culture générale donc c’est toujours bon de les apprendre. J’ai appris énormément de choses, je me sers peut-être de 30% mais je ne regrette pas de les avoir appris.
    Il y a des choses mieux ailleurs mais des choses pires aussi. Je pense qu’on peut-être quand même satisfait de notre système éducatif.

    Aimé par 1 personne

    1. Je ne remets pas en cause le système éducatif, seulement certains professeurs restent dans l’ancienne génération. Ma professeur en coiffure nous faisons des cours de technologie qui avait 30 ans alors forcément on était décalé quand on arrivait en salon vu que c’était l’ancienne méthode. Je regrette juste que les mathématiques soient trop centré sur les équations, pour un bac STMG cela aurait était bien d’apprendre à faire des calculs pour des factures. Et que les professeurs soient compréhensifs envers les élèves (certains le sont d’autres pas du tout). C’est sûr que le système français est beaucoup plus simple qu’ailleurs mais je remarque que j’apprends beaucoup plus maintenant que je ne suis plus à l’école

      Aimé par 1 personne

      1. C’est vrai qu’on apprend sur le terrain parce que c’est un domaine spécifique. L’école nous apprend le théorique général et ça m’a bien aidé. De toute façon, les sections technologiques du bac n’ont clairement pas les programmes les plus intéressants.

        Aimé par 1 personne

      2. Je me rends compte de cela maintenant que je recherche du travail et que je n’ai pas toutes les compétences car on apprend seulement en théorie en suivant un manuel. J’aurais continué mes études (je pense surtout en alternance) peut être que j’aurais approfondi mes connaissances

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s